Share This Post

Fonctionnement

Problèmes et solutions

Problèmes et solutions

1) Y a-t-il un désavantage à avoir un solde négatif dans son carnet ?

Oui et non. Un grand solde négatif ou positif entraîne automatiquement des questions lors d’un échange. Si j’accumule beaucoup de points en négatif, c’est que je n’offre pas quelque chose qui pourrait servir à la communauté. Il est temps que je réévalue mon apport en tant que participante du JEU. Que puis-je offrir qui soit en demande ? Quel est le produit ou le service qui n’est pas encore disponible dans le JEU de ma région ? Si j’offre un produit ou un service à quelqu’un qui possède un solde négatif important, je peux demander d’examiner son carnet. A-t-il(elle) fait plusieurs échanges ? Alterne-t-il (elle) entre les échanges positifs et négatifs ? Au contraire, est-il (elle) toujours dans le négatif ? Cela signifie qu’il (elle) demande beaucoup, mais n’offre aucun service ou produit nécessaire à la communauté. Je peux lui suggérer des trucs, lui faire part de mes propres besoins qu’il (elle) pourrait peut-être combler. Je peux aussi choisir de ne pas faire de transaction avec lui (elle) en lui expliquant mes réticences.

Chaque JEUeur (e) est responsable du JEU et décide si il (elle) accepte ou non de transiger avec un (e) autre. Si, par contre, l’autre personne a un grand solde positif, je peux lui suggérer de profiter plus souvent des offres des autres et lui rappeler que le JEU n’est pas un système d’accumulation de richesse comme l’argent, mais celui qui facilite la circulation de richesse. Plus il y a de transactions JEU, plus la communauté s’enrichit.

2) Mon amie a un carnet JEU rempli de points et se plaint qu’elle ne peut les utiliser, car il n’y a pas une assez grande variété de produits et de services qui l’intéressent. Que peut-elle faire ?

Voilà l’occasion idéale pour elle de s’activer à faire connaître le JARDIN D’ÉCHANGE UNIVERSEL à sa communauté. Plus il y a de JEUeurs (es), plus il y a de produits et de services disponibles. Recommande-lui d’en parler autour de lui (d’elle) et d’offrir des produits et des services populaires en points JEU à des non-JEUeurs (es). Il (Elle) peut aussi distribuer des feuillets annonçant les prochaines réunions et organiser des événements qui puissent aider le JEU à être connu. Un grand solde positif stimule l’action communautaire, quand son (sa) propriétaire accepte de le voir ainsi. Elle peut aussi demander des choses qu’elle aimerait acheter mais qui ne sont pas offertes.

3) Si le carnet est autogéré, il est facile de tricher en inscrivant de faux échanges. Est-ce un problème fréquent ?

N’oublie pas qu’il est possible de tricher dans tous les systèmes d’échange et tous les types de monnaie, qu’ils soient basés sur le troc, les billets de banques, les chèques, les cartes de crédit ou les coquillages ! Certains impriment de la fausse monnaie, d’autres font des chèques sans provisions ou ne remettent pas les montants empruntés aux banques et aux amis. D’autres encore font des transferts illégaux d’un compte à un autre via Internet. Les plus grands fraudeurs sont les banquiers, car ils créent l’argent qu’ils nous prêtent à partir de rien. Ainsi, si tu veux vraiment éviter la fraude, il vaut mieux cesser toute activité avec les banques ! Dans le cas du JARDIN D’ÉCHANGE UNIVERSEL, si quelqu’un inscrit un troc fictif dans son carnet en vue de se créer plus de points, c’est toute la communauté des JEUeurs (es) qui en souffre en général, mais personne en particulier. Il est important de rester vigilant (e) quand je fais une transaction JEU avec un (e) inconnu (e). Si le nombre de points transigés est important, je peux remettre l’échange à plus tard. Ceci me donne le temps de vérifier son solde en communiquant avec des personnes qui ont déjà fait des échanges avec lui (elle). Leur téléphone ou leur courriel devrait être indiqué dans son carnet. Une autre solution serait de contacter le (la) facilitateur (trice) du JEU de sa localité. Il serait risqué de modifier les données à son profit.

4)  Que faire si je ne suis pas satisfaite d’un échange (service ou produit) ?

Je peux décider de lui en parler ou de ne pas transiger avec lui (elle).

5)  J’ai appris qu’on a démarré des JEU dans plusieurs régions et qu’ils ont ensuite disparu. Pourquoi ?

Au début, les personnes qui commencent à utiliser le JEU sont tout feu tout flamme. Il en va de même pour la personne qui introduit le JEU pour la première fois dans une région. Avec le temps, la flamme s’affaiblit. Tout changement entraîne une résistance. Les mentalités et les habitudes sont difficiles à changer. Quand des personnes deviennent conscientes du fonctionnement du système monétaire, certaines décident de chercher des solutions. Quand elles réalisent que, depuis leur apparition, les banquiers ont toujours financé les deux côtés des guerres et organisé les crises économiques, certaines personnes décident de fermer leur compte de banque. Quand elles apprennent que des alternatives viables et fonctionnelles existent, certaines décident de les utiliser. C’est une question de choix. Les régions où le JARDIN D’ÉCHANGE UNIVERSEL perdure sont celles dont les JEUeurs (es) sont conscientes des problèmes extérieurs (système monétaire/ politique/légal) et des solutions extérieures (troc, SEL, JEU, monnaie locale), tout en se concentrant plus spécifiquement sur les problèmes et les solutions intérieures. En effet, ce qui permet à nos vieux systèmes monétaire, politique et légal de fonctionner encore est que nous y participons activement. C’est à chacun (e) de nous de choisir des monnaies d’échange justes qui utilisent autre chose que l’argent ayant cours légal (celui officiellement reconnu par le pays).

6) Je suis un (e) JEUeur (e) qui déménagera bientôt dans un endroit éloigné où le JEU n’existe pas. Que dois-je faire ?

Quand on commence à JEUer pour la première fois, notre carnet JEU débute à zéro. À l’endos du carnet téléchargeable sur ce site, on trouve la note suivante : « Si je décide de quitter le JEU, je m’engage à remettre le solde de mon carnet à zéro, par respect envers les autres JEUeures. » L’important, quand on cesse le JEU, est de remettre le carnet à zéro. Si j’ai un solde positif, je peux donner mes points, les vendre contre de l’argent comptant, ou utiliser des produits et services afin d’utiliser les points restants. Si mon solde est négatif, j’offrirai des produits ou des services afin d’accumuler les points nécessaires pour remettre le solde à zéro. Je peux aussi acheter des points JEU à quelqu’un qui a un solde positif en utilisant de l’argent comptant. Comme tu vois, il est toujours facile de remettre le carnet à zéro. Il suffit de choisir d’honorer son engagement du début et de passer à l’action. Par exemple, le (la) JEUeur(e) qui déménage peut décider de démarrer un JEU dans sa nouvelle région, s’il n’y en a pas.

7)  Le JARDIN D’ÉCHANGE UNIVERSEL est une monnaie juste et facile d’utilisation. S’utilise-t-il ailleurs dans le monde ?

En 1998, Daniel Fargeas inventa le JEU. Depuis ce temps, on le retrouve dans plusieurs régions de France. Il fut introduit au Québec en Estrie en 1999. En 2007, des Hongroises l’ont appelé le suska (chousqua) et ont commencé à l’utiliser dans leur pays. Des Italiens (nes), des Belges, des Espagnols (es), des Suisses (esse), des États-uniens (nes) sont actuellement en train de l’introduire chez eux (elles). Avec la crise économique mondiale qui pend au bout du nez de l’humanité, les systèmes d’échange et les monnaies alternatives seront en vogue dans les années à venir pour compléter ou remplacer les systèmes monétaires défaillants. Pourquoi attendre ? Commençons tout de suite !

8) Avec le JEU, suis-je vraiment capable d’obtenir tous les produits et services nécessaires à ma vie quotidienne ?

Évidemment, plus il y a de JEUeurs (es), plus il y a de produits et de services disponibles. Un JEUeur australien a déterminé le nombre de 200 JEUeurs comme étant nécessaire pour assurer les produits et les services de base d’un groupe. Dans un tel contexte, la concurrence se doit de céder la place à la variété de produits et de services. Chaque personne pourra chercher à découvrir les besoins non comblés dans son milieu. Le JEU vise à combler le maximum des besoins de tous (tes) les JEUeurs (es) d’une région.

9) Y a-t-il un âge minimum pour devenir un(e) JEUeur (e) ?

Il n’y a pas d’âge minimum, mais des capacités minimales. Il faut savoir additionner, soustraire, comprendre le fonctionnement du JEU et être apte à se respecter ainsi que les autres. Ce n’est donc pas une question d’âge, mais de conscience.

Share This Post

Aller à la barre d’outils